résidence étudiante sèvres studéa
Publié le 05.07.22

À Sèvres, des élèves en école de design repensent leur propre résidence étudiante

« Et si l’on demandait aux étudiants d’imaginer leur futur lieu de vie ? ». Telle est la question que les équipes de Nexity Studéa se sont posée lorsqu’elles ont planifié la rénovation des espaces partagés d’une résidence étudiante Studéa Sèvres. Pari gagnant puisque les étudiants, qui plus est inscrits à Strate Ecole de Design, ont non seulement appliqué leurs connaissances mais aussi repensé de A à Z le futur de leurs espaces.

À quelques minutes de marche de la station de métro Sèvres rive gauche, de Strate Ecole de Design, de l’École Supérieure de Fonderie et de Forge, de l’école Ducasse, la résidence étudiante Studéa Sèvres (92) se situe dans une rue calme et ombragée par les arbres. En venant à pied depuis la station de transilien, on croise quelques jeunes gens avec leur sac à dos qui viennent de la résidence et sont peut-être ceux qui ont contribué à la rénovation de ces espaces communs. « Réinventer les lieux où nous vivons en mettant l’accent avant tout sur les usages des occupants plutôt que sur des considérations ‘techniques’ ou centrées sur le ‘bâti’ est une nécessité impérieuse » insiste Jean-Claude Bassien, Directeur Général Délégué de Nexity présent lors d’une visite organisée en ce mardi ensoleillé de juin.

Avec près de 3 millions d’étudiants dans l’enseignement supérieur, le défi est de taille en matière de logement, notamment en termes de prix et de qualité des espaces. L’Ile-de-France étant la région avec le plus de demandes, elle demeure particulièrement chère par rapport aux autres régions (compter 856 euros à Paris, 771 en région parisienne et 560 en province) pour des surfaces plus petites. Pour se loger, les étudiants privilégient de fait les chambres et studios, ou encore le retour au domicile familial, avec parfois des situations difficiles ces deux dernières années de crise sanitaire comme le souligne Pascal Pedoux, PDG de Nexity Studéa : « les étudiants ont beaucoup souffert ces dernières années en raison des confinements. C’est pourquoi il est plus que jamais vital de leur offrir un cadre convivial, ouvert sur les autres, avec des services d’accompagnement » ajoute.


À lire aussi


Une résidence étudiante pensée comme un quartier

À Sèvres, lorsque le projet de rénovation a été lancé fin 2019, les étudiants de l’école de design ont très rapidement été impliqués afin qu’ils puissent, dès le mois de février 2020, travailler en groupes sur des projets de réaménagement. Pour Pierre-Alain, ancien étudiant qui avait porté un projet, « cela a été une expérience très marquante du cursus. Au début on ne pensait pas que nos projets seraient vraiment suivis… et puis on a été très surpris de voir l’attention qui avait été portée à nos travaux et voir nos idées aujourd’hui mises en œuvre est une grande fierté ». Aujourd’hui, pas moins de 170 étudiants logent dans les appartements de cette résidence, dont la moitié environ suivent les programmes de Strate École de Design. Pas vraiment étonnant donc de voir sur les grands tableaux blancs de l’espace de coworking quelques formules de mathématiques, croquis et concepts se jouxter.

« En réalité c’était comme imaginer un quartier miniature » se rappelle Pierre-Alain. « Nous connaissions tous très bien la résidence, certains y habitaient et d’autres comme moi y passaient énormément de temps avec leurs camarades de classe. En revanche nous ne connaissions pas ou peu les étudiants des autres écoles – l’école de cuisine Ducasse et l’école de fonderie et de forge. Il fallait absolument remédier à ce problème pour créer une sorte de quartier avec des allées et des espaces ou tout le monde se croise ou partage des moments de convivialité ».

Les usages au centre de tout

« Pour que ça marche, les usages doivent être au centre de tout » martèle Saran Diakité Kaba, Directrice de Strate Ecole de Design, elle-même designeuse. « Ce projet restera mémorable pour l’école car il a été réalisé en plein confinement et a montré aux étudiants toute l’importance du design dans la transformation des habitudes et des modes de vie, et surtout c’est un projet construit par et pour les étudiants » ajoute-t-elle. Replacer les étudiants locataires au cœur de la démarche a permis de cerner leurs besoins et leurs habitudes. Par exemple, l’ancienne salle de sport a été transformée en espace de détente car « très peu l’utilisaient, elle n’était pas adaptée et la plupart ont des abonnements dans des salles de la ville » témoigne Pierre-Alain.

Parmi les grandes nouveautés de la résidence, la création d’un fablab ouvert à tous pour bricoler, créer… Une idée qui peut sembler originale sur le papier mais « indispensable pour des étudiants en école de design » assure l’ancien élève. « Avant, les étudiants entassaient leurs création, outils, matériel dans leurs chambres… C’était encombrant et pas très agréable ». Cet espace, ouvert sur la partie coworking, elle-même prolongée par la cuisine ouverte permet de favoriser les échanges entre les locataires. Grégoire de la Roncière, maire de Sèvres en visite sur le site se rappelle ses années étudiantes, « j’ai été étudiant, j’ai habité en résidence et ce sont d’excellents souvenirs, je suis heureux qu’à Sèvres nous puissions avoir des espaces où la jeune génération se forme et se sente bien. Nous allons d’ailleurs dès novembre ouvrir un foyer pour les jeunes travailleurs ». Cette démarche innovante de conception des espaces partagés pourrait faire école et contribuer à imposer le « pour » et « par » les habitants. Car on n’est jamais mieux logés que par soi-même…

Envies de ville : des solutions pour nos territoires

Envies de ville, plateforme de solutions pour nos territoires, propose aux collectivités et à tous les acteurs de la ville des réponses concrètes et inspirantes, à la fois durables, responsables et à l’écoute de l’ensemble des citoyens. Chaque semaine, Envies de ville donne la parole à des experts, rencontre des élus et décideurs du territoire autour des enjeux clés liés à l’aménagement et à l’avenir de la ville, afin d’offrir des solutions à tous ceux qui “font” l’espace urbain : décideurs politiques, urbanistes, étudiant, citoyens…