Un jour, une ZUP, une carte postale : Grand ensemble (Bonneuil-sur-Marne)
Publié le 28.10.21

Des cartes postales qui redonnent leur fierté aux ZUP

Le sociologue Renaud Epstein a constitué une collection de cartes postales de grands ensembles des années 60 qu’il poste sur Twitter. La série « Un jour, une ZUP, une carte postale » connaît un vrai succès.

« Depuis le milieu des années 1990, mes recherches portent sur les politiques urbaines et le renouvellement urbain, raconte Renaud Epstein, professeur à Sciences-Po Saint-Germain-en-Laye. Mais c’est un peu par hasard que j’ai commencé à accumuler les cartes postales des quartiers de grands ensembles. J’ai commencé ma carrière comme consultant et à chacun de mes déplacements, c’était devenu un rituel, j’essayais de trouver des images des cités HLM que j’étudiais. Je me suis ensuite mis à fouiner dans les brocantes et les vides greniers. Au fil du temps, j’en ai ainsi accumulé plusieurs milliers. ».

En 2014, Renaud Epstein décide de scanner ses cartes postales et d’en publier une par jour sur Twitter, avec comme référence « Un jour, une ZUP, une carte postale ». Et le succès est immédiat. Les commentaires abondent tant de la part d’habitants que de représentants des bailleurs sociaux ou d’élus locaux. Les internautes évoquent par ce biais leurs souvenirs, souvent teintés de nostalgie d’une époque passée, et parfois des regrets quant à l’évolution des quartiers. Les représentants et acteurs publics s’en emparent également et célèbrent la transformation de ces quartiers.

renaud epstein @renaud_epstein Un jour, une ZUP, une carte postale : Hautes Plaines (Les Ulis)

Twitter @renaud_epstein Un jour, une ZUP, une carte postale : Hautes Plaines (Les Ulis)

Quand habiter en ZUP* représentait une promotion sociale

« Les cartes postales que j’ai collectionnées couvrent une période qui va des années 50 jusqu’au milieu des années 70. On a oublié le rôle que jouaient alors ces petits rectangles cartonnés. C’était un moyen de communication facile et économique, un peu comme les SMS aujourd’hui » précise Renaud Epstein, qui apprécie autant l’esthétique que la signification de ces objets du quotidien.

Pour lui, le recto, les photos des grands ensembles juste construits ont une même valeur que le verso, c’est-à-dire les messages écrits. Ces petits mots accumulés forment des récits de la vie sociale dans ces quartiers. Dans les décennies d’après-guerre, obtenir un logement dans une cité HLM qui incarnait la modernité représentait une forme de promotion sociale. « Les quartiers aujourd’hui stigmatisés étaient alors source de fierté. Les chaînes de discussion suscitées par mes tweets rappellent l’importance des grands ensembles dans l’histoire des Trente Glorieuses, leur place dans notre imaginaire collectif, dans nos cultures et donc dans nos vies » note ce spécialiste des politiques urbaines, qui compte plus de 21 000 abonnés sur Twitter.


À lire aussi


Rendre fiers et se réapproprier l’histoire

Cette collection permet aussi de voir que ces quartiers d’habitat social ont des architectures, des histoires, des formes d’intégration urbaines très différentes. Ces images, leurs représentations et les récits qui en découlent exercent aussi une influence sur la vision que chacun porte sur cette forme d’habitat et plus largement sur la ville et les politiques urbaines.

Pour Renaud Epstein, « face au stigmate qui pèse sur les habitants de ces quartiers, la démarche que j’ai engagée est un moyen de rendre une possibilité d’être fiers mais aussi de se réapproprier cette histoire. »

Les cartes postales sont dans leur grande majorité des photographies aériennes. Elles donnent donc à voir combien ces quartiers étaient périphériques et isolés, en rupture avec la trame urbaine, au moment de leur construction. Aujourd’hui, la réintégration urbaine s’est opérée et ils sont devenus péricentraux à l’échelle des agglomérations, même si de nombreuses difficultés sociales et économiques demeurent dans ces lieux en renouvellement urbain. « Les projets menés par l’Anru (Agence nationale pour la rénovation urbaine), ont favorisé un meilleur maillage au reste de la ville, sous l’angle de l’aménagement. Je prépare un projet consistant à produire de nouvelles photographies des quartiers, avec le même cadrage et sous le même angle que les images des cartes postales. Ça sera une façon de montrer l’ampleur des transformations urbaines qui se sont opérées » explique-t-il.

* Zone à urbaniser en priorité

Envies de ville : des solutions pour nos territoires

Envies de ville, plateforme de solutions pour nos territoires, propose aux collectivités et à tous les acteurs de la ville des réponses concrètes et inspirantes, à la fois durables, responsables et à l’écoute de l’ensemble des citoyens. Chaque semaine, Envies de ville donne la parole à des experts, rencontre des élus et décideurs du territoire autour des enjeux clés liés à l’aménagement et à l’avenir de la ville, afin d’offrir des solutions à tous ceux qui “font” l’espace urbain : décideurs politiques, urbanistes, étudiant, citoyens…