Publié le 26.01.22

Niort, la reconquête d’une entrée de ville par le paysage

Niort fait partie des lauréats de l’édition 2021 du concours « reconquête des entrées de ville de bourg, de territoire et de leurs franges » pour le recyclage de la friche industrielle du Port Boinot en parc urbain sur les rives de la Sèvre Niortaise. Une opération qui permet à la ville de travailler son lien avec le marais poitevin par une attention au paysage fluvial et de disposer d’une nouvelle entrée de ville lacustre. Visite guidée.

(©Ville de Niort)

L’opération reconquête de l’entrée de ville de Niort passe par l’eau. Et plus précisément par le site du Port Boinot, position stratégique de pointe insulaire où convergent la Sèvre navigable et la Sèvre sauvage, à l’ouest du centre-ville. Friche industrielle de plus de 2 ha depuis la fermeture des usines Boinot en 2005, Port Boinot a été réaménagé à partir de 2015 par la ville.

Un travail confié à l’agence de paysage Phytolab, mandataire, accompagnée de l’agence d’architecture Franklin Azzi, du bureau d’études VRD Artelia et du concepteur lumière Studio Vicarini. La qualité, la simplicité et la clarté du projet ont convaincu le jury de l’édition 2021 du concours « reconquête des entrées de ville, de bourg, de territoire et de leurs franges » qui a récompensé Niort pour le traitement de cette entrée de ville fluviale.

Conservation de bâtiments, désimperméabilisation et ouverture du site

« Avant d’être mandaté par la ville de Niort, en 2016, pour le réaménagement du port Boinot, le site est intégralement construit, et il faisait barrière entre le marais poitevin et la ville », explique Matthieu Théaudin, paysagiste au sein de l’agence Phytolab. Avec les architectes de l’agence Franklin Azzi, l’équipe de paysagistes décide de conserver une partie des bâtiments historiques de l’usine de chamoiserie et de ganterie, notamment le grand édifice du Séchoir ainsi que la maison patronale de l’usine.


À lire aussi


Premier enjeu pour les concepteurs : désimperméabiliser un site entièrement artificialisé, tout en respectant les contraintes du plan de prévention des risques d’inondation, qui les oblige à ne pas recharger les niveaux de sol pour permettre à l’eau de s’écouler normalement en cas de crues. Le site est ainsi passé de 1,8 à 1,3 ha de surfaces imperméabilisées.

« Le parti pris du concours que nous avions remporté était de créer des axes structurants entre le centre historique et le grand paysage, grâce à un site le plus ouvert possible afin de révéler et d’amplifier les qualités du lieu », poursuit Matthieu Théaudin. L’ouverture est en effet un enjeu pour la population, dont l’accès au fleuve était barré depuis plus d’un siècle par une usine fermée sur elle-même.

(©Phytolab)

Rendre le projet évident pour réussir la reconquête de l’entrée de ville de Niort

« Il s’agit d’un projet qui est très simple à comprendre, qui est évident. Il met en relation tous les éléments qui préexistaient sur le site, comme le château d’eau ou les bâtiments conservés, pour créer une armature paysagère très humble », s’enthousiasme Matthieu Théaudin, qui revendique un « travail de la sobriété » sur le choix des matériaux et le mobilier urbain. « Plus un projet est évident, mieux les habitants peuvent se l’approprier », conclut le paysagiste.

Il rappelle enfin l’importance de processus itératifs entre la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre pour parvenir à un projet réussi : « Nous étions mutuellement à l’écoute. La ville était bien consciente que notre travail n’était pas facile, notamment en raison d’une programmation mouvante et des structures de bâtiments existants qui avaient des contraintes importantes. Par le dialogue et le débat constructif, nous avons pu produire un projet de qualité et tenir le budget de 9,5 M€, dont une moitié pour les bâtiments et l’autre pour les espaces paysagers », ajoute encore Matthieu Théaudin.

Il reste à présent à terminer les derniers aménagements du Port Boinot et, pour la ville, à relier la gare au cœur de ville, avec une véritable approche paysagère et urbaine. Un défi pour les prochaines années.

Envies de ville : des solutions pour nos territoires

Envies de ville, plateforme de solutions pour nos territoires, propose aux collectivités et à tous les acteurs de la ville des réponses concrètes et inspirantes, à la fois durables, responsables et à l’écoute de l’ensemble des citoyens. Chaque semaine, Envies de ville donne la parole à des experts, rencontre des élus et décideurs du territoire autour des enjeux clés liés à l’aménagement et à l’avenir de la ville, afin d’offrir des solutions à tous ceux qui “font” l’espace urbain : décideurs politiques, urbanistes, étudiant, citoyens…