Publié le 14.01.20

Strasbourg : répondre aux nouveaux usages des étudiants

Avec plus de 63 000 étudiants, Strasbourg est une des villes les plus attractives de France pour suivre un parcours universitaire, ou un cursus dans une école supérieure. Aujourd’hui, le parc immobilier dédié aux jeunes cherche de plus en plus à répondre à une demande et à des usages qui changent. Car si les étudiants souhaitent d’abord se loger, ils sont de plus en plus attentifs à l’éco-responsabilité et au vivre ensemble dans leur habitation. Découvrez le second volet de notre dossier consacré à Strasbourg.

Un nombre croissant d’étudiants

En 10 ans, le nombre d’étudiants à Strasbourg a augmenté de 22 % pour atteindre plus de 63 000 jeunes en 2019. Parmi eux, 18% sont des étudiants étrangers en Erasmus¹. Strasbourg dispose en effet, en dehors de son Université, de quatre écoles d’ingénieurs et de trois IUT. Soit autant de bonnes raisons de leur proposer des logements étudiés pour la réussite de leur parcours et leur vie quotidienne.

Plus de 7000 nouveaux bacheliers arrivent ainsi sur le marché locatif à chaque rentrée. Sans parler de ceux déjà présents qui ont envie de changer de lieu de vie. Et, parmi tous ces jeunes, un nombre grandissant est en quête d’un endroit faisant rimer la vie étudiante avec une vie quotidienne épanouissante et solidaire.

Les petites surfaces nombreuses et très demandées

La forte présence estudiantine se traduit par les spécificités du marché immobilier strasbourgeois, notamment dans le centre. Alors que les logements principaux sont en majorité locatifs (59%), Strasbourg est aussi une ville où les studios et les petites surfaces d’une manière générale sont plus chers au m2. La demande des petits logements, soit des studios et des 2 pièces, est particulièrement élevée dans l’hyper-centre de la ville, répondant à la demande des étudiants et des jeunes actifs. Et plus on s’en éloigne, plus les logements augmentent en surface et s’adaptent aux familles.

L’offre locative pour les étudiants est cependant diverse. Le CROUS propose ainsi 5000 lits, avec 5 cités universitaires et 11 résidences étudiantes. À cela s’ajoutent les logements privés, pour des personnes seules ou en colocation, les immeubles de promoteurs, ainsi que des logements sociaux. Il existe par ailleurs, depuis 2015, la Maison Universitaire Internationale, située sur la Presqu’île Malraux dans la tour Seegmuller. Dédiée aux échanges internationaux, elle accueille étudiants, enseignants et chercheurs français et étrangers, afin de favoriser la collaboration universitaire.

Photo : la Maison Universitaire Internationale

Le logement étudiant strasbourgeois devient éco-responsable

En grande majorité, les étudiants attendent en effet d’un logement qu’il soit propice à leurs études, au bien-être et à une solidarité entre les habi­­tants d’un même bâtiment. Dans une ville comme Strasbourg, engagée dans la protection de l’environnement et la qualité de vie de ses citoyens, notamment à travers la végétalisation de l’aire urbaine, ce besoin doit pouvoir être comblé.

C’est dans cet objectif que les résidences pour étudiants et jeunes actifs ont entamé leur transformation. Studéa Winston 2 à Strasbourg, qui accueille jusqu’à 400 étudiants, a été la première résidence de la ville à être entièrement rénovée et redessinée pour en faire un lieu de vie à 360° et éco-responsable. Située au cœur du quartier universitaire, elle offre un cadre de vie aux étudiants à l’opposé de ce qui a pu exister jusqu’à présent : de simples chambres où dormir et étudier.

Photo : Résidence Studéa Winston 2 à Strasbourg

Afin de favoriser le bien-être et les activités communes, l’endroit est pensé comme une maison, avec des pièces collectives et des logements privés. Les étudiants et jeunes actifs peuvent alors se rencontrer, cuisiner ensemble, travailler en coworking, échanger d’une manière générale, et même se rendre dans une salle de sport à l’intérieur de l’immeuble, puis retrouver leur studio quand bon leur semble. Cette résidence étudiante leur donne aussi la possibilité de privilégier une consommation locale et responsable. Cela se traduit par des interventions de partenaires locaux ou de quartier à l’instar des « Jardins de Marthe » exploitation maraîchère biologique proposant leur panier bio en livraison dans la résidence et l’intervention de la société Origami pour la collecte et valorisation des déchets.

Également, les locataires bénéficient gratuitement du service d’aide psychologique Apsytude, visant à les accompagner au quotidien, à les aider à appréhender leurs études, et à déceler un éventuel mal-être.

Winston 2 permet en outre de prendre des cours de cuisine, de DIY (faire soi-même) ou même de self-défense. Grâce à une application dédiée « Monbuilding », les habitants de la résidence peuvent s’organiser pour s’entraider, pour suivre les actualités de la résidence, réserver des animations ou du matériel etc. Soit un ensemble de services qui facilitent grandement la vie des étudiants, en particulier celle des nouveaux bacheliers dont le passage du lycée aux études supérieures n’est pas toujours évident. Créer du lien, se sentir intégré, sont en effet essentiels à un parcours universitaire réussi. D’autant plus que les étudiants qui y vivent sont d’horizons très différents et suivent des cursus tout autant divers. Cela entraîne ainsi des échanges plus riches et bien loin des immeubles où personne ne se parle aussitôt la porte refermée.

Les auberges de jeunesse se sont déjà transformées de cette manière dans le but d’offrir plus de services et de se détacher d’une image surannée. Entre le décor, l’aménagement esthétique et pratique des espaces, le secteur s’est réinventé. Celui des résidences étudiantes prend le même chemin.

Photo : Résidence Studéa Winston 2 à Strasbourg

L’aménagement des espaces collectifs, l’apport de services, sont désormais des facteurs dominants dans l’ensemble du secteur immobilier. Ces éléments répondent aux nouveaux usages, à une quête de sens, des utilisateurs. Si bien que les besoins des étudiants, autrement dit de futurs professionnels, déterminent ce qui deviendra une norme dans l’ensemble des immeubles à plus ou moins long terme. À Strasbourg, la transformation des lieux de vie, afin qu’ils soient proches des aspirations de chacun et du collectif, à commencer par les résidences étudiantes très demandées, est une réalité. Et elle se poursuit à la fois dans le logement collectif et au sein de la ville.

« Strasbourg aime ses étudiants »

Cette initiative de la ville et de l’Eurométropole favorise l’accueil des nouveaux étudiants sur le territoire. Pour cela, elle organise une série d’événements en amont de la rentrée et tout au long de l’année, tels que des speed-dating de colocation, des sorties pour découvrir la ville, des tarifs préférentiels pour les événements culturels, etc. Elle propose aussi un accompagnement concret sur tous les aspects de la vie étudiante. En 2019, ce dispositif a fêté ses 10 ans d’existence.

Sources / crédits :
¹Le Palmarès de l’Etudiant
Crédit photo de couverture : Abdesslam MIRDASS